Avac déclenché au Cytotec

Ce forum est destiné à recueillir vos témoignages sur l'utilisation ou la non utilisation du cytotec® (misoprostol) dans les déclenchements d'accouchements.
soso
Messages : 4
Inscription : 20 novembre 2011, 13:53

Avac déclenché au Cytotec

Message par soso » 20 juin 2012, 21:48

Récit tel que je l'ai écrit 7mois apres sa naissance (la version post accouchement était arrangée pour coller a ce que j'aurais "du" resentir)

Ça fait maintenant 7 mois que K nous a rejoint et 7mois après je ressens le besoin de vous livrer mon vrai récit la vrai histoire de cet avac déclenché de cet avac qui fut tout sauf merveilleux. Un vrai marathon épuisant physiquement et psychologiquement, j'ai pousser mon corps mon utérus dans leur derniers retranchement, j'ai jouer a la loterie avec mon utérus. Je ressens le besoin de vous livrer tout ca parce que l'avac peut ne pas être merveilleux l'avac peut tourner au cauchemars parce que l'avac peut ne pas être la fin du cheminement. Je ne veux pas donné une fausse vision de ce déclenchement je ne veux pas que d'autre maman voulant un avac a tout pris se lance la dedans parce que moi je l'ai fait et que ca leur a paru anodin parce que le risque de rupture utérine est énorme (10 a 15 fois supérieur a un accouchement qui se passe naturellement) et qui dis rupture utérine dit risque pour le bébé et risque pour le bébé et que je pense qu'on ne devrait pas jouer avec la vie de son bébé comme ca.

Je vous entend d'ici dire voilà la grande donneuse de leçon du genre faites ce que je dis pas ce que je fais donc je vous dirait tout de suite que moi je l'ai fait mais je n'avais pas toutes les informations en ma possession et puis comment faire marche arrière quand le personnel et votre conjoint vous pousse a continuer et puis abandonné si près du but une fois la machine en route...

Je n'ai pas de regret de l'avoir fait ca fait partie de mon histoire et je ne saurais de toutes façon pas la réécrire, cela fait partie de l'histoire de mon fils, l'histoire de sa naissance, l'histoire de notre famille mais je parle comme ca parce que tout s'est heureusement bien passé parce que K va bien parce que la seule qui en garde des séquelles c'est moi, parce qu'il me reste l'espoir de vivre un jour un bel accouchement après la belle naissance de mon ainé par césarienne et l'arrivée de K qui a défaut d'être vraiment belle fut notre victoire tout simplement parce qu'après tout ca on ne peut ressentir la réussite que comme une victoire.

Mercredi

Je suis censée rentrer a la maternité pour être déclenchée vu que bébé n'est toujours par la alors que je suis a terme +7 (41sa mais ici le terme est a 40 sa). Je suis stressée, j'ai peur. Je ne sais pas ou en est mon col, le dernier contrôle date d'il y a 15 jours le jour d'avant le gyneco n'a pas pris la peine de le contrôler il m'a juste donner rendez vous pour le déclenchement. Ça m'inquiète un peu je suis ok pour un déclenchement sur un col mature mais pas sur un col immature mes souvenirs du site de césarine me disent que c'est beaucoup trop dangereux.
Je dois rentrer vers 19-20h mais la maternité me téléphone ils n'ont pas de place finalement donc je dois rentrer le lendemain matin.
Une autre nuit la peur au ventre m'attend, un autre jour a m'endormir en larme de ne pas voir ce bébé arrivé cet peur de la césarienne itérative pour cause de dépassement de terme.

Jeudi

Arrivée a la maternité vers 6h30 et pas de place je dois donc attendre en salle d'attente avec les maman prévue pour 6h, 7h et 7h30. Ça sens mauvais la maternité est pleine pas de place pour que les mamans ayant accouché libère les salles et en plus nous sommes 3 utérus cicatriciels pour déclenchement (une col immature a déclencher au gel, une col mature qui a déjà eu un avac qui pour la petite histoire a commencer le travail dans la salle d'attente et moi). On discute entre maman on vois défiler les responsable qui s'excuse mais qu'avec un service ferme pour rénovation un boum des naissances etc. je sens que ce ne sera pas pour aujourd'hui les gyneco des autre mamans sont déjà venu les faire passer prioritaire et donner les protocoles de déclenchements et pas de trace du mien et en effet je vois les autres mamans passer en salle d'accouchement les unes après les autres. C'est enfin mon tour une sage femme (très désagréable) viens me chercher me met dans une des salle me place le monitoring et c'est parti pour un monitoring je le trouve moins bon que les précédents mais de depuis le monito qui a tourner a la cata de mon gd je suis une stressée du monito. Le monito est jugé bon et puis j'ai droit au tv une vrai horreur qui dure super longtemps et que me fait un mal de chien jamais eu aussi mal et verdict col toujours long très postérieur et a peine ouvert et … retour en salle d'attente ou oh miracle j'ai droit au diner et a une autre longue attente en bonus. La sage femme viens me retrouver et m'annonce qu'il ne me garde pas qu'ils n'ont pas la place qu'ils ont déjà trop de maman en travail et en cour de déclenchement et que vu que je suis un utérus cicatriciel il préfère prendre faire ca plus au calme pour ne pas prendre trop de risque pour moi je dois donc revenir le lendemain a 7h. Après 7h en salle d'attente c'est donc retour a la maison (allégée de 1€20 par h de parking)

Je passe donc le reste de la journée a siester, faire quelques courses dans l'espoir de faire bouger les choses etc.

Vendredi

Arrivée à la maternité vers 7h15 en espérant que cette fois ci ils nous gardent et ouf ils nous ont garder une salle (la salle d attente est pleine encore). La sage femme de nuit pose le monito et nous laisse a sa collègue pas plus sympa et pas plus délicate pour un sous qui après nous avoir engueuler pour le retard me demande si j ai eu plus de contraction depuis hier et sa séance de torture (ce qui confirme ce que je pensait cette g**** m'a fait un décollement en douce) qui me pose la première dose de gel sans autre cérémonie alors que je m'attendais un nouveau tv ou au moins a des explications sur ce qui m'attends et me donne le petit déjeuner (le seul vrai repas que j aurais de la journée) et nous envoie marcher les contractions sont la pas trop douloureuse mais bien présente. On fait des aller retour entre le monito en salle d accouchement et les couloirs pour faire avancer le travail.

Au alentour de midi premier contrôle par la sage femme et verdict pas très engageant ca n a presque pas bouger. Elle contacte l'interne qui veut évidement recontrolé ... j en ai de la chance surtout qu'avec mon col méga postérieur et pas super accessible les toucher me font un mal de chien. Elle en arrive évidement au même verdict que la sage femme et elle contacte mon gyneco pour connaître la suite du programme. On patiente comme on peut je suis sure et certaine qu'on va m'annoncer une césarienne pour ne pas prendre trop de risque pour mon utérus mais non le
verdict et qu'on remet une dose a l aide des ???? (spatule? cupule? canule? ca se termine par ules mais on sais plus le noms avec mon homme mais ca ressemble a un spéculum en 2morceaux ) pour bien le mettre dans le col et que ca agisse mieux. La sage femme et l'interne m'installe en position poulet de Bresse et elles commencent a me torturer et a m'engueuler parce que j'ai tellement mal que je n'arrive pas a rester détendue immobile et silencieuse sauf que l interne aura beau me torturer avec ses chausses pieds (pour citer mon homme) avec l aide de la sage femme elle n arrivera jamais a repérer le col par contre elle arrivera très bien a me faire un mal de chien a force de tirer dans tous les sens et de me coincer de la peau entre les 2 trucs pendant ce temps la je tente de retenir le "laissez tomber et faites moi une césa " qui se pointe sur le bout de mes lèvres tellement j en ch***.
Au final elles laissent tomber j ai encore droit a un tv ultra délicat de la sage femme qui me remet une dose de gel a l'aveugle et a la barbare.
Les contractions se font plus forte et on reprends les aller retour entre le monito et les couloirs.

17h nouveau contrôle mon col n aurais pas des masses bougé, la sf (qui n'est plus la même que ce matin et qui est beaucoup plus agréable) contacte le gyneco de garde (quelques minute avant j'aurais eu le mien) qui décide de laisser comme ca pour je suis aux doses maximales avec mon utérus et je pense aussi qu'il n'a pas envie de se mouiller avec un déclenchement sur utérus cicatriciel qui plus est pas sa patiente peut être que la nuit fera bouger les choses

Je ne suis plus obligée de parcourir les couloirs je peux aller manger et me reposer un peu mais nos resserve alimentaires sont prequ'a sec et le moral n'y est plus. Je croise (enfin) mon gynécologue dans les couloirs il a finis sa journée mais prend le temps de parler un peu avec moi je n'y crois plus trop et il m'avoue que lui non plus mais que la nuit fera peut être bouger les choses mais qu'au moins on aura tenter.
Nouveau aller retour dans les couloirs jusque vers 20-21h ou la sage femme me dit de regagner ma chambre pour la nuit sauf que j ai pas de chambre... erreur de communication de l'équipe elle n'était pas au courant et pensait que j avais pu manger en chambre (alors que non) enfin au final elle a réussis a trouver le lit qui m était réserver et prêt depuis des h... (sa collègue si sympathique aura oublier ce détail)
mon homme me laisse pour la nuit moi je craque un peu la fatigue etc et l espoir qui n est plus trop la, je pleure comme tout les soirs c est dernier jours je ne veux pas une césa bis juste parce que bébé est trop bien au chaud je voudrais tellement qu'il se décide je lui parle mais rien n'y fait.

Samedi
samedi matin après une nuit bof (ma voisine de chambre a accoucher dans la nuit donc les aller retour...) j aurais du passer en salle d accouchement a 7h30 pour contrôle et la suite sauf que personne ne m appelle je finis par y aller et pas de place on me prendra des que possible...
vers 12h30 13h on m appelle enfin monitoring et tv torture : le col est encore long et ouvert a 2. La sf contacte le gyneco de garde qui a changer celui veut me voir a son cabinet pour une écho du col (plus fiable et surtout moins douloureux pour moi enfin quelqu'un qui pense a ce que je peux ressentir) et de la cicatrice ainsi que contrôle du bébé
On monte donc a son cabinet a l'étage supérieur, je m installe pour l'écho il vérifie d abords la sante du bébé et tout est bon il n'est pas devenu énorme. petit stress pour moi au moment de la mesure du pc qui a la dernière écho 10 jours avant explosait les courbes la machine ne savais pas donner de terme puis la cicatrice qui est ok (il qualifie mon gyneco du titre d excellent chirurgien au passage) et on passe au col qui en effet n est pas prêt a passer au syntho en perf. Il s inquiète vaguement des "mensurations de mon bassin" mais ne vois pas de raison que ca ne passe pas donc il me propose sa petite recette perso qui consiste a prendre du cytotec par quart de comprime pour donner des contractions et faire bouger le col. recette qu'il a utiliser très récemment pour éviter une césa a quelqu'un de très proches
petit rappel de risque de rupture (avec le recul il les a vachement minimiser par rapport au chiffre donné par les études mais sur le moment ca rassure) etc et ils nous demande de prendre une décision soit on tente le cytotec soit il programme la césa pour l'après midi et la que je m écroule en larme ... mon fils que ma mère menace de reprendre chez elle (a 150km) pour pas le garder chez moi, la peur la fatigue etc
le médecin et mon homme me rassure on trouvera une solution pour le fiston et ca ne rallongera pas tellement par rapport a une césa (bon la il a été très optimiste ) que si je ne le fait pas je le regretterai etc. j accepte donc le cytotec. j avale le 1er quart de comprimes et retour en salle d accouchement pour monitoring

pas des masses de contraction donc le gyneco décide que je dois reprendre 1/4 de cytotec a 16h et la les contractions arrivent.
Nouveau contrôle monito fin d'après midi puis mon homme va chercher mes parents et mon fils pour les emmener souper et pour une visite éclair. Je me retrouve donc a nouveau seule, je dois refaire un monito quand l effet du cytotec s estompera et que les contractions s arrêteront.
je finis par y retourner vers 22h tjs des contractions mais qui me paraisse ne plus être efficace (et l effet du médoc dois être passer d après l h estimée par le gyneco) et surprise au monito les contractions sont tjs la. J'ai droit a un nouveau tv apparemment pas top mais le gyneco est en pleine césarienne donc retour en chambre et nouvelle crise de larme de désespoir pour moi je finis par tomber de sommeil a force d'attendre la sage femme passer vers 1h on laisse comme ca pour la nuit on verra demain matin ...

Dimanche et lundi

nous voila donc dimanche 3eme jour du marathon
monitoring des le matin avant même de manger et oh surprise des contractions même si elle sont petite. Je m'inquiète de douleur au niveau de la cicatrice la sage femme me dis que je verrai avec sa collègue qu'elle a finis son service. Sa collègue me dis que c'est trop sur les coté pour être une rupture et elle me fait reprendre 1/4 de comprimes avant de m'envoyer déjeuner le gyneco n'est pas la il a enchainer des accouchement toutes la nuit et elle le laisse se reposer. Je retrouve mon homme qui m'attend en salle d'attente et je reprend donc ce quart de comprimé la peur au ventre pendant le petit déjeuné (en bon petit mouton). Nous retournons donc en salle d'accouchement pour un nouveau monitoring qui sera suivis par une petite sieste en amoureux avant le monitoring de 11h (mr n a pas dormis de la nuit de peur de louper un coup de fils de la mater et moi mauvaise nuit encore vive les chambres a 2 lit qd une a accoucher et pas l autre). Après le monitoring la sage femme téléphone au gyneco qui décide que je dois reprendre 1/4 de comprimé en l attendant et on enchaine donc monitoring et retour en chambre jusque vers 14h30 15h.

après un Neme monitoring (je vous dis pas les km de papiers) , le gyneco viens faire un contrôle du col (tv et écho) de la cicatrice et du bébé et la ca y est c est bon le col est a 3 raccourcis on peut y aller avec la perf de syntho sauf si je préfère abandonné et avoir une césarienne. Je choisis la perf en fait je suis plus le mouvent le déroulement normal de la chose plus que je ne choisis parce que quand on est dedans...

Discussion autour de la péri le gyneco me dit que lui la prendrait avant même la perf, la sage femme me conseille de la prendre aussi surtout que ils vont percer la poche des eaux dans une h. je ne voulais pas de la péridurale en préventif mais j'ai peur et je fait un compromis je la prend avant qu'on perce la poche mais je fait l heure de perf sans d abord. Si j'avais su je ne l'aurais pas pris ou plus tard mais j'ai été un bon mouton je ne voulais même pas qu'on perce artificiellement la poche des eaux mais mon projet de naissance est toujours bien au fond de mon sac je n'oserai jamais le sortir...
je quitte donc mes vêtements pour la super blouse de l hosto elle me pose la perf refait le bilan sanguin pour l anesthésiste (le mien est trop vieux faut dire qu'on est quand même a j+11 maintenant)
les contractions sont supportable même si plus forte mais je gère parfaitement.
l anesthésiste arrive et je regrette déjà. Il prépare son matériel, me désinfecte le dos et bam je perds les eaux je trempe tout évidement (merci mon bébé d'avoir décidé ca tout seul ce fut la seule chose naturelle de cet « accouchement » l anesthésiste tente tjs de poser la péridurale entre les contractions qui sont devenue vachement plus intense mais je les gère toujours très bien après plusieurs tentatives et changement d aiguille (l aiguille standard est trop courte edit 2012 : en fait l'anesthésiste etait mauvais dixit l'anesthésite 2011) il finis par y arriver.

et la commence une longue période ou il ne se passe pas grand chose la sf passe régulièrement pour augmenter la dose du syntho pour tenter de régulariser mes contractions (elle n y arrivera jamais) et pour me faire des tv jusque vers 22h avec le changement d équipe la sage femme nous quitte en nous disant qu'elle ne veut plus nous voir qd elle prendra son service le lendemain (elle nous a vu tt les jours). J'aurais aussi droit a une visite du gyneco qui dira a la sage femme qu'elle peut monté encore plus haut dans les doses alors qu'elle nous avais dis qu'elle était au max pour un utérus cicatriciel. (l'appareil gérant les doses se retournera au fur et a mesure des modifications donc je ne sais pas jusqu'à combien ca montera finalement)

22H nous voila donc au main de E. la sage femme de nuit qui s occupera de nous jusqu'à la fin
Elle prend les choses en main des le départ mon col n est qu'a 4 doigts large ce et il est encore bien trop dur ce qui me désespère vu que ca fait qd même 6h de contractions pour avoir gagné un gros doigts donc on commence a prendre plein de position différente (et parfois bizarre) pour aider le bébé a s engager. Elle est au petit soin avec nous elle est aussi présente qu'elle le peut (5 femme en travail pour 2 sage femme donc elle ne chômes pas)
mais soucis le monitoring deviens plus difficile avec certaine position sans compter que lors des contractions le cœur du bébé décélère et elle décide donc d'aller chercher le nouvel investissement de la maternité : un monitoring interne dernier cri qui a pour but d éviter les césa inutiles pour de fausse souffrance fœtale (il s'agit du stan : appareil calcule et surveille en plus l'ecg du bébé et enclenche une alarme qd le bébé enclenche son mécanisme de protection contre le manque d oxygène et a partir de se moment ils ont 1h pour le sortir donc largement assez pour une césa)
J'en aurais la confirmation plus tard elle m a sauve une première fois de la césa en prenant l'initiative de le poser.
le temps continue donc de filer la péri commence a montrer des signes de faiblesse a droite donc passage sur le cote droit pour aider le produit a passer et petite sieste par intermittence pour moi entre les contractions que je continue a sentir a droite

3h-3h30 je sonne la sf j'ai trop mal a droite. je repasse sur le dos ce qui rend la douleur encore pire
j'ai droit a un nouveau tv col a 6 tjs dur qui se referme pendant les contractions il ne veux vraiment pas lâcher. la péri elle me lâche de plus en plus les contractions deviennent terrible surtout couchée sur le dos les pieds dans les étriers les genoux bien haut parce que c est la position qui conviens le mieux a bébé pour l aider a trouver la sortie apparemment (en tout cas en restant sur la table le cote je suis pas bien non plus)
pendant que la sage femme tente le tout pour le tout pour faire lâcher le col en me passant le max de buscopan qu'il est possible de donner moi je tente de tenir le coup face au tv qui s'enchainent (surtout qu'elle reste en moi a attendre une contraction) aux contractions (j'avoue j'insultais copieusement la sage femme pendant chaque tv qui durait une éternité vu que les contractions s'était très fort espacée)
contractions que j ai de plus en plus de mal a gérer je gémis je pleurniche je "désobéi" même en virant mes jambes des étriers lors d une contraction je n en peux plus la sage femme m encourage qu'il n y en a plus pour longtemps je ne la crois pas je lui dis que j en ai encore pour des heures que ca va finir en césa. J'étais franchement persuadée que ca allais finir en césa donc l'angoisse de la césarienne sous anesthésie générale était bien la surtout que c'est ma phobie (que j'avais déjà pour ma première grossesse). Mon homme est a coté de moi il me tiens la main en me regardant avec un air désespéré (je suppose qu'il devait avoir du mal a me voir souffrir comme ca)
elle me dit que je suis a 9cm maintenant elle me fait un bonus dans la péri (vu qu'elle est persuadée qu'elle marche tjs un peu mais je me demande bien dans quel film) et une perf d anti douleur mais je sens absolument aucune différence (pourtant j'ai reconnu la perf c'est la même que celle que j'ai eu en sortie de bloc pour la césa qui a fait une méchante différence instantanément) si seulement je pouvais virer mes jambes de ses foutu étrier (mais l'homme dois m'en empêcher) avec le recul j'aurais jamais du céder a la péri j aurais au moins pu plus bouger pour gérer en plus je gérais tjs qd il me l'ont posé et hasard ou pas mais le col a lâcher en même temps que la péri.
puis elle rappelle le gyneco pour l accouchement
le temps qu'il arrive j en suis a pousser (et la j ai pu vérifier que c est vrai quand on dit que la nature est bien faite et que la femme sais quand et comment pousser) mais bébé fait du yoyo il remonte des que j arrête de pousser
je préfère largement les pousses au contractions a supporter comme ca seul truc gênant je ne peut m empêche de crier pendant que je pousse (je dirait même plus de hurler ce qui me vaudra l'injonction de baisser d'un ton parce que ca ne sers a rien)
le gyneco arrive je pousse encore une fois ou 2 mais bébé ne sors toujours pas donc il demande a la sf de préparer la ventouse pour donner un coup de main au bébé (j'ai pousser 5-6 fois en tout) Après un très long tv a tour de rôle pour tenter de se mettre d accord pour savoir si il était antérieur gauche ou postérieur droit (a moins que ce sois postérieur gauche ou antérieur droit j'ai un doute) ce qu'ils ne pourront d ailleurs jamais trancher)
comme pour mettre la ventouse il doivent retirer le monitoring interne et donc remettre le monitoring externe ils confient a mon homme la tache de maintenir le capteur en place avant d installer la ventouse
une poussée avec la ventouse qui ne sers a rien de nouveau suivie d'une nouvelle poussée qui sera malheureusement accompagnée d'une épisio (ou j ai senti la "découpe" pourtant je pensait que comme c'était fait pendant une contraction on sentait rien) et cette fois ci c'est bon je sens qu'il est bloque un peu plus loin et en fait la tête est dehors vu qu'il me demande de pousser pour dégager l'épaule antérieure je pousse une dernière fois et il me tends un bébé tout zen je n arrive pas a croire que j ai réussis ca y est je le pose sur ma poitrine il "crie" (il fait des petits bruit il ne pleurera pas et ne hurlera pas comme son frère) il regarde partout il est en pleine forme
au bout de quelques minute le gyneco coupe le cordon et on attend l expulsion de placenta. Au bout de quelques minutes je dois poussé (je dois parce que mon corps le réclame pas parce qu'on me l'ordonne) donc je pousse encore une fois et c est finis. ils le vérifient hésitent et tranchent qu'il est complet et le gyneco me le montre m'explique le tout.

puis j'ai droit a la révision utérine pour vérifier la cicatrice de la césa à la recherche d'une éventuelle rupture ce qui ne fut par une partie de plaisir je agrippe instinctivement aux jambes du bébé mais je le lâche direct qd je m'en rend compte et je me contente de serrer les dents.
La sage femme dois paraitre déçue de l'issue de l'accouchement parce que le gyneco s'excuse un peu pour l'épisio auprès d'elle en disant que parfois on a pas le choix. Il demande a la sage femme de faire le prélèvement sanguin pour le contrôle du ph fœtal sur le placenta plutôt que directement sur le petit, elle ne sais pas le faire ce n'est pas grave elle n'a qu'a demande a l'autre sage femme de garde de lui apprendre. Il offre nous offre la poire d'aspiration inutilisée en souvenir vu qu'il n'y a aucune raison de le torturer.
pendant ce temps la bébé cherche le seins mais il n arrivera pas c est merveilleux ce bébé tout chaud encore tout gluant etc sur moi mais je suis tellement fatiguée que je n'en profite pas vraiment je suis dans un état second. Mon homme part prévenir ma mère que ca y est elle peut arrêter de stresser mon placenta ne risque plus de lâcher (ma mère est une stressée du dépassement de terme pour elle j'aurais du pour mon gd demander au plus tard le déclenchement le jour du terme)
débat entre le gynéco et la sage femme on me remet ou pas une perf ocytocine j'en ai déjà eu une fameuse dose et malgré la petite hémorragie il décide de ne pas m'en remettre.
mon homme va faire les premiers soin (enfin en fait de soin il sera juste peser mesurer essuyer et examiner) avec la sage femme bébé est pèse mesurer(3kg510 51cm et pc de 38cm) et habiller pendant ce temps la on me prépare pour la couture mais le gyneco est oblige de faire une anesthésié locale parce que je sens tout alors que logiquement les reste de péri devrait suffire vu que le produit continue a couler (comme quoi j avais raison qd je disais qu'elle servait plus a rien). Le gyneco me fait donc une anesthésie locale prend le temps qu'elle agisse bien puis me recoud. puis comme toutes les sages femmes sont occupée (5 accouchements a quelques minutes d'intervalles) il apprend même le fonctionnement de la table d accouchement pour la remettre en position normale que je puisse enfin m allonger et virer mes jambes des étriers.
je suis complètement ko je lutte contre le sommeil je ne suis pas bien mise sur cette foutue table mais je ne cherche même pas a bouger plus l'énergie. l'homme est ko a cote de moi sur la chaise qui lui ai réservée avec le petit dans les bras. La sage femme viens me rafraîchir m'enlever tout le sang et le méconium que j'ai partout. On me transfère dans mon lit pour retrouver ma chambre on me transfère dans le lit et m impose de me mettre sur le dos (alors que moi j'en ai aucune envie j'étais bien sur le cote dans mon lit bien frais)
dans la salle de garde j entends l'équipe de jour qui discute avec l'équipe de nuit et le gyneco je suis le sujet de conversation, certaine sage femme désapprouve la méthode d autre paraissent tres surprise etc
j'ai mal a l'anus j'ai l impression qu'on me l'a refait je le dis a a la sage femme elle me répond que c est normal que bébé est passé par la ca me semble bizarre mais je ne relève pas je suis beaucoup trop ko je vérifierai en allant au toilette j ai des points jusque l'anus (episio médiane celle qu'on ne fait plus logiquement maintenant parce qu'elle ont bcp trop tendance a sur déchirer) a l'heure actuelle je ne sais pas si j ai déchirer ou si il a été un peu loin avec l'épisio ou si c est une sensation fausse de ma part mais j'avais des points jusqu'à l'anus. (ca me fait rire n'empêche parce que c'était censé être une petite episio mais me demande comment elle aurais pu être plus longue)

Et après?

Me voilà donc de retour en chambre contente de retrouver un lit complètement naze. Arrive le premier lever les infirmières me conduisent au toilette mais en me lavant les mains je suis obligée d'aller vite m'assoir sur les toilettes sous peine de tomber je sonne les infirmières me ramène au lit. Petite visite du pédiatre j'apprends qu'on suspecte chez mon bébé une malformation urinaire c'est donc les infirmières qui doivent changer toutes les couches pour voir si il fait ou pas pipi mais de toutes façon je suis consignée au fond de mon lit par les infirmières je suis trop faible trop pale et elles ont peur que je refasse un malaise. Ça vaut bien la peine d'endurer tout ca si c'est pour se retrouver qd même au lit avec une cicatrice qui fait aussi mal que celle de la césa (surtout qd il s'agit d'uriner). J'ai droit au première visite ma mère et mon beau père avant qu'il ne reprenne la route mon beau frère et ma belle sœur (ma belle sœur ayant pris congé exprès vu qu'on pensait que ca irait plus vite j'ai accepté qu'eux passent) et de mon gd plus tracasser par mon plateau repas que par son frère.
Les jours passent bébé commence enfin a téter il aura mis 24h parce qu'une fois rate le moment ou il voulais en salle de travail comme il était nauséeux et vomissait du liquide il n'avais pas envie de manger ce qui m'a valu les menaces du bibi d'eau pour le faire uriner pour vérifier a ce niveau la mais ouf il fera ce qu'il faut et c'est en salle d'accouchement qu'il s'était un peu trop alarmé. La montée de lait se fait quasi instantanément j'ai un allaitement qui roule direct comme si je n'avais jamais arrêter. Viens le moment d'aller a selle le gros stress a cause de points je me décide enfin je pousse une fois et je sens plein de truc qui me tombe par le vagin je me prend un méga stress pensant que tout avais lâché et en fait non je viens d'expulser 2 morceaux gros comme le poing heureusement que j'avais eu la révision utérine...
j'ai plus de mal a me remettre physiquement de l'accouchement j'ai mal assise avec l'episio alors qu'avec la césa ou au bout de 48h a part des tiraillement au gros changement de position ca allais nickel plus d'anti douleur je cavalais comme une gazelle.
J'ai droit au baby blues puissance mille et ce jour la les super visite mon beau père sa compagne et sa sœur (que nous n'avions plus vu depuis la maternité pour le gd) j'en ai pleurer qd j'ai sur qu'il venait accompagné et voilà que pendant cette visite la j'ai droit au « on vois que tu a eu un accouchement facile il a une belle tête » comme quoi même après un avac on a droit au perle de l'entourage parce que j'ai vu mieux comme accouchement facile surtout en ce qui concerne sa tête vu qu'il a eu la ventouse.
J'ai droit a tout le personnel médical qui me dis que j'ai eu de la chance que j'ai été courageuse moi j'ai juste l'impression d'avoir été un bon mouton mais je commence a prendre conscience des risques que j'ai pris surtout quand le gyneco qui m'a accoucher mais dis qu'il aurais pas fait ca avec n'importe qui qu'il fallait qu'il se sente en confiance qu'il aurais pas fait ca avec n'importe qui a cause du risque de poursuite (je sais pas si il a vu que je n'était pas une dingue et que j'arrêterai si il faillais ou si il m'a pris pour une gourde qui le poursuivrai jamais en cas de soucis).
Sortie au bout de 5 jours qu'est ce que j'étais soulagée de sortie de la après 8 jours enfermée j'ai mis un bon moment a pouvoir re-bouger normalement a ce que tout le monde ne me trouve plus une tête de cadavre.

soso
Messages : 4
Inscription : 20 novembre 2011, 13:53

Re: Avac déclenché au Cytotec

Message par soso » 20 juin 2012, 21:55

Depuis j'ai une 3eme grossesse mon gyneco pourtant contre le cytotec sur naissance vivante (parce que trop dangereux pour bébé) me parler déclenchement au cytotec par son collègue dés 35sa il me confiera a ses soins a 39sa+5 ca ne servais a rien d'attendre je n'accoucherai jamais seule je me suis battue jusqu'au bout pour refuser se déclenchement : si elle n’était pas venue j'aurais été au bloc pour une césarienne.
Ma fille est finalement née naturellement a 40sa+5 terme officiel (41+1 terme réel j'avais menti parce que chat échaudé craint l'eau froide) au bout d'un long accouchement sans péri une vingaine d'h de travail mais que j'ai terminée en forme etc etc bref le jour et la nuit avec la naissance de mon second et enfin une vrai rencontre en douceur

j'ai appris lors de cette aventure que la ventouse avais été faite pour protéger mon utérus confirmant ce que j'avais tjs ressenti : on ne m'avais pas laisser le temps . le médecin a été cette fois ci honnête niveau information niveau des risques il avais entre temps affiné son protocole et divisé les dose de cyto par 2 (je sais qu'il l'a deja proposer pour un ava2c son protocole)

je n'ai pas refait la même betise et je ne risque pas de la refaire je me suis retrouvée dans cette situation emportée par le corp médical je n'aurais jamais fait ce choix de maniere consciente et je ne le conseillerai jamais a qui que ce soit

mamancyto
Administrateur
Messages : 120
Inscription : 24 octobre 2011, 21:47

Re: Avac déclenché au Cytotec

Message par mamancyto » 22 juin 2012, 22:44

Merci Soso pour ce précieux témoignage.
Ce que tu racontes est totalement effarant !

Si je récapitule, tu étais à peine en « grossesse prolongée » (41SA + 2 jours), même pas en « retard de terme », d’après la toute récente définition du CNGOF pour la France (retard de terme = 42 SA)
http://www.bebecyto.org/viewtopic.php?f=4&t=24

Tu as eu :
Le jeudi: 1 décollement des membranes (à ton insu)
le vendredi : 2 doses de gel de prostaglandines
le samedi : 2 doses d’1/4 de comprimés de cytotec par voie orale
le dimanche matin : 2 autres doses de cytotec
le dimanche après-midi: perf de syntocinon

et pour finir :
- une petite hémorragie
- un bébé sorti à la ventouse
- 1 épisiotomie

Tout ça sans la moindre information ni sur la possibilité de laisser la grossesse se prolonger (puisque ton bébé ne montrait aucun signe de souffrance), ni sur les risques INSENSÉS qu’ils vous faisaient prendre à toi et à ton bébé.

C’est vraiment incroyable que ton utérus ait tenu le coup (heureusement !), mais quel gâchis alors que ton fils aurait pu naître en douceur si tu avais reçu une information « claire et loyale ».

En tout cas, bravo d’avoir résisté pour ton 3ème accouchement !
Et merci de partager cette expérience et de nous aider à informer les futures mamans.

soso
Messages : 4
Inscription : 20 novembre 2011, 13:53

Re: Avac déclenché au Cytotec

Message par soso » 23 juin 2012, 12:24

le résumé est proche de la réalité je pense
mais j'ai en tête d'avoir eu 5dose (d'un 1/4 de comprimé) de cytotec y'en a une qui dois pas apparaitre dans le récit

j'etais oui a 41+2 au depart du déclenchement 41+5 a la naissance terme a 40sa au Luxembourg avec droit a une semaine de dépassement en théorie (j'ai gagné des jours parce que pas de place) je n'ai meme pas eu la possibilité de gagné du temps vu les 2 mins chez le gynecologue qui était pressé et moi qui avais peur de la sauce ou il allais me mangé et donc finalement plus braquée sur le pas de césarienne itérative.
qd j'ai été convoquée ne sachant pas comment etc je croyais qu'on commencerai pas un tv puis une discussion sur le quoi comment a quel dose comme ca avais été le cas pour mon 1er (finalement pas déclencher vu la dégradation au monito)


pour ma fille la j'étais préparée a ne rien leur laisser passé et qd il a tenter de me proposer plusieurs date ca a été non d'office jusqu'a gagné pratiquement une semaine et elle s'est décidée avant l'échéance. (je ne viens pas d'une famille de dépasseur chronique mais les garcons ont un peu cette tendance malgré tout. chez mon mari par contre la c'est des gros dépassement ( de 1 a 3 semaines selon la patience du médecin avant l’expulsion forcée et l'époque)

Répondre